Le mal domine le monde. Dans quel camp es-tu réellement ?

Partagez la Conscience !

 
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui laissent faire. C’est une phrase d’Einstein. Bon, on s’en fou. Ce qui importe c’est qu’elle est vraie.

Ce post est une réflexion sur le bien et le mal, et notre responsabilité au milieu de tout ça.
 
Le mal domine le monde. C’est un fait.
Et toi, fais-tu partie du problème ?
Es-tu réellement dans le bon camp ?
 
Aujourd’hui je vais te parler de concret. Cela fait un moment que j’ai pris une pause et ne communique plus trop. Aujourd’hui, j’ai envie. Je me sens très animé, et j’ai besoin de le partager.
 
En fait, il y a deux facteurs lié au problème dans le monde.
 
Quoi, quel problème dans le monde ?
Le fait que l’humanité soit divisée, dominée, oubliée, et réduite en esclavage. Le fait que notre condition humaine soit réduite à si peu : travailler, produire, vivre dans son coin, consommer, vieillir, être malade pour consommer des médicaments, et mourir dans l’indifférence. Être négligé, ignoré dans nos désirs et besoins, pour n’être que des pions, des travailleurs esclave d’un système inhumain.
C’est peut-être un peu cyniquement exprimé, mais cela résume la majorité des sous-problèmes dont je veux parler.
Et l’apothéose : il existe des forces du mal et le monde est, au moins en partie, dominée par ces forces-là.
 
Non, ce n’est pas une conspiration. C’est un fait. Et tu vas comprendre ce que j’entends par là.
 
En fait, il y a deux problèmes majeurs dans le monde. Et ce sont des types de personnes..
– Le premier est les personnes mauvaises. Celles qui font le mal.
– Le second est les personnes qui laissent faire. Qui ignorent.
 
Parlons des premiers : les personnes qui font le mal.
Pour commencer : oui, le mal existe. C’est une réalité, un fait. Ce n’est pas un scoop, mais on fait tous comme si ca n’existait pas.
Dire que le mal n’existe pas, et qu’il ne découle que de croyances et d’une vision subjective est faux et totalement dangereux. Pour information, le relativisme moral (le fait que le bien et le mal soient relatifs) est un des principes fondamentaux du satanisme. Le satanisme, c’est un peu la religion du mal. Dire que le bien et le mal n’existent pas de manière absolue, indépendamment de notre perception individuelle de ce qui est bien et mal, est faux. Totalement faux. Chaque acte a le potentiel de faire du mal, ou faire du bien. Et on si on regarde l’entièreté de la scène des conséquences engendrées, on est capable de dire si du mal est fait ou non.
 
Deux types de personnes peuvent être amenés à penser que le bien et le mal sont relatifs :
– Les personnes égoïstes qui sont au service d’eux-mêmes seulement. Ceux-là qui sont prêts à tout pour être, avoir et faire ce qu’ils veulent, au détriment des autres et du bien collectif. Ceux qui sont prêt à ignorer volontairement la conséquence de leurs actes et notamment le fait de faire du mal.
 
– Les personnes que j’appellerais “un peu trop spirituelles” : qui sont sous l’emprise d’un dogme spirituel qu’ils ont adopté comme une philosophie de vie, qui guident leurs pensées (mais seulement leurs pensées hein). Une sagesse spirituelle peut être vraie à un niveau de réalité, mais si elle est intégré de manière superficielle et aucunement par l’expérience, elle devient une religion. Et on sait tous que la religion est dangereuse, car elle amène à penser, percevoir et agir d’une certaine manière, sans avoir compris l’âme et l’essence des raisons qui devraient nous pousser à le faire. Et souvent, elle nous dit ce qui est bien et mal, et on s’y soumet totalement sans aucun discernement.
 
Vous devez déjà avoir entendu des enseignements du style “le bien et le mal n’existent pas, ils découlent de vos croyances”. Ou encore “bien et mal sont seulement des jugements”. Qu’on se le dise : ce genre de conneries pseudo-spirituelles n’amènent pas à être plus conscient et bon, mais seulement à tout accepter et prôner l’inaction.
Être non-violent et spirituel n’est PAS équivalent à être soumis et résigné, sous motif que “tout est juste” et que “l’Univers veille sur toi”.
BULLSHIT !
 
Le mal existe. C’est un fait. Une réalité.
Oui, mais qu’entend-on par “le mal” ?
 
Non, le mal ce n’est pas quand on fait des sacrifices humains, ou quand on vénère des démons en étant déguisé en sorcier noir.
C’est bien plus subtil que ça… Et bien plus commun qu’on le croit.
 
Le mal, c’est ce qui fait du mal à un autre être. Et dans faire du mal, on peut entendre : physiquement, psychiquement, verbalement, sexuellement. Mais aussi la coercion : le fait de forcer quelqu’un d’autre, de violer son droit de choisir. Ou encore le fait de restreindre la liberté de quelqu’un d’autre… L’esclavage est bien-sûr de cette nature.
En fait, toute action qui restreint la liberté d’être, physique, ou spirituelle, d’un ou de plusieurs autres être, est mauvais. Toute action qui entrave le libre arbitre et la capacité de choix d’un autre être est mauvaise. Tout abus du droit fondamental de l’existence, du droit de choisir, ou de la propriété d’une autre personne (dont son corps) appartient au domaine du mal.
Et une personne qui commet des actes mauvais, est une personne mauvaise. Pas pour l’éternité, évidemment, car ce sont nos actions présentes qui nous définissent, et on peut très bien devenir et être une personne après avoir été mauvais (car n’a-t-on pas tous été mauvais, dans cette vie ou d’autres ?)
En tout cas, quand on fait le mal, peut importe les raisons, la justification ou même l’histoire spirituelle que l’on raconte par dessus : une action qui fait du mal est mauvaise. Un point c’est tout.
 
Et quelqu’un qui fait le mal est mauvais. C’est non négociable car c’est la vérité…
 
Je sais de quoi je parle, car j’ai été mauvais dans le passé.
J’ai fait du mal. J’ai frappé. J’ai dominé. J’ai écrasé d’autres gens. J’ai usé de coercion. J’ai obligé des gens à faire ce que JE voulais. J’ai abusé de leur droit de choisir.
Et parmi ces gens, des gens très proches, ma famille. Mes frère et sœur, notamment.
J’ai été une personne mauvaise. Et je suis capable de le reconnaître aujourd’hui, sans me donner d’excuse, et je peux même de le dire haut et fort.
Car je comprends, je vois. Je vois la nature du mal. Je vois ce que c’est. Je vois comment j’ai pu me laisser manipuler par moi-même pour tomber dans le mal. Je vois ce qui mène au mal. J’ai beaucoup de compassion et de compréhension. Pour autant, je prends ma responsabilité, et je sais reconnaître qu’aucune excuse ou justification ne peut effacer le caractère mauvais de certains actes.
 
Je suis fier d’avoir compris ce que c’est d’être mauvais, car aujourd’hui je suis capable de faire la distinction entre le bien et le mal et je peux choisir le bien.
 
Quelqu’un qui ne sait pas faire la différence entre le bien et le mal a toutes les chances de tomber dans le mal sans aucunement s’en apercevoir.
Car, tu sais… Ce n’est pas le “deep state” qui nous fait être mauvais, ni la télé ou l’éducation, ni la vie, ni quoi que ce soit. C’est qu’on se laisse manipuler par soi-même : par son égo-îsme, par sa souffrance, par sa soif de pouvoir, par la peur… La cause du mal qu’on engendre n’est pas extérieure, jamais.
 
Connaître la différence entre le bien et le mal, c’est connaître la nature de la Vérité humaine, celle qui est pragmatique et incarnée, et permet d’engendrer le bien dans le monde. Quand on VOIT ce qui est mal et ce qui est bien, on peut choisir en tout état de cause.
 
Car… qu’est-ce que la vie sinon une opportunité de choisir et d’agir ?
A quoi bon prôner des enseignements spirituels si on ne sait pas réellement reconnaître le bien du mal, et l’incarner pour nous et pour les autres ?
A rien. Quedal ! Quenini.
 
C’est le moment de remettre en cause tout ce que tu crois savoir sur la spiritualité et la vie. En tout cas, moi c’est ce que je fais. Un bon coup de ménage, ça fait du bien.
 
Voici ce que tu peux faire avec tes enseignements spirituels les plus précieux : te poser la question suivante :
est-ce que cet enseignement m’amène à aimer d’avantage, à faire le bien au travers de mes actions, et participer activement à la SOLUTION dans ce monde ?
Si oui, c’est un bon enseignement.
Si non… on peut dire tout ce qu’on veut, mais cet enseignement ne sert au final à rien.
 
Un enseignement spirituel qui nous amène à croire qu’on sais plus que les autres, nous amène à nous sentir supérieur et prendre les gens de haut, ou alors à ignorer la réalité de la vie actuelle dans le monde ainsi que la présence du mal, n’est PAS un bon enseignement.
 
J’ai compris que, pour moi, la valeur la plus élevée dans le chemin spirituel doit être la VERITE.
Rien n’est supérieur à la vérité. Car c’est la vérité qui nous libèrera. Ce n’est pas seulement l’Amour. On attribue à Jésus les paroles suivantes : “vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libèrera.”
Ce n’est pas l’amour, ni les croyances spirituelles, qui libèrent. C’est la vérité. C’est voir la vérité, car elle nous permet d’agir correctement.
C’est voir la vérité en soi, dans le monde, et dans cette réalité.
 
Néo, dans Matrix, commence son éveil par une décision : accepter de voir la vérité et choisir de prendre la pillule rouge. Sans ce choix, il se serait rendormi et aurait tout oublié. C’est la vérité qui l’a libéré de la matrice et lui a permis d’initier sa reconnexion à son pouvoir et son rôle.
 
Le chemin d’éveil commence par prendre conscience que
CHAQUE ACTION EST BONNE OU MAUVAISE ET A DES CONSEQUENCES !
 
Oui, chacun d’entre-nous sommes responsables de nos actions.
Qui dit action dit conséquences. Notre monde physique est un monde de causes et de conséquences. NOUS, humains, sommes la cause.
Chacune de nos actions, paroles et pensées est la cause du monde de demain.
 
Il est très facile de savoir si une action est bonne ou mauvaise. Est-ce que cette action contribue à limiter la liberté d’un être, lui faire du mal, ou abuser de ses droits ?
Si oui, cette action est mauvaise.
 
Savoir est facile. Mais dans un monde ou ignorer est la norme, il n’est pas facile de bien vouloir voir.
 
Dans notre société, le mal est omniprésent :
– le droit d’existence des animaux est réduit à néant : ils sont réduits en esclavage, broyés puis mangés sans aucune pitié. On parle avec une hypocrisie monstrueuse de de “bien-être animal”, mais on est loin d’en être là : on ne respecte même pas leur droit fondamental d’exister, sous prétexte qu’ils sont inférieurs à nous.
– le droit d’existence des humains est dominé par l’obligation de travailler, de participer à cette société de travail-consommation. La société se veut moderne, mais elle n’est qu’une version d’apparence évoluée d’un système féodal qui a fait du progrès technologique.
– le droit de choisir de chaque personne est dicté par les institutions toutes puissantes : maladie, traitements, vaccins, procédures de naissance, de fin de vie, etc…
 
Tu trouves ça normal, toi ?
Franchement, est-ce qu’en âme et conscience, tu peux me dire que ces choix sont bonnes et non mauvaises ?
 
Si non, pourquoi tant de monde l’ignore ?
L’ignorance est la norme.
 
Quand on reçoit son nouvel iphone 12X plus gold, se soucie-t’on du fait que des millions d’enfants sont réduits en esclavage pour le créer, cet iphone, et voient ainsi leur vie volée et leur enfance violée ?
Ce n’est pas parce qu’on ne voit pas les conséquences qu’elles n’existent pas.
Que l’enfant réduit en esclavage le soit hors de portée de vue ne rend pas le phénomène acceptable. Et si c’était ton enfant ? Et si c’était toi ?
 
Quand un animal nait dans un espace cruellement petit, ne verra jamais le jour de sa “vie” et se voit entièrement volé son droit d’existence, pour finir en chair à saucisse dans un rayon charcuterie. Y pense-t’on quand on mange son hot-dog ?
 
Je suis vraiment navré, car c’est choquant. Je ne suis pas militant vegan, ni millitant pour les enfants. Je milite désormais pour la vérité.
Et la vérité est choquante. C’est comme ça. D’autant plus choquante qu’on l’a ignoré et maquillée longtemps.
 
Je ne dis pas qu’il faut voir le monde en noir et se faire dévorer par la culpabilité. Non, ce serait inutile et ne changerait rien au problème.
Mais il est peut-être temps de prendre conscience des conséquences de nos choix ? Et ce, afin de choisir différemment, pour le BIEN.
Et peut-être est-il temps de remettre en cause les valeurs égoïstes et les incohérence satanistes sur lesquels notre société est bâtie ? (sataniste dans le sens anti-humaniste, car c’est ce que satanisme veut dire : c’est pour “moi”, alors que humanisme veut dire pour “nous”)
 
L’ignorance est la cause du mal.
L’ignorance du bien, et l’ignorance du mal.
L’ignorance de la condition du monde.
Et l’ignorance de la conséquence de nos actions.
 
Et quand je dis ignorer, ce n’est pas ne pas savoir. C’est ne pas vouloir voir.
Comme quand on ignore quelqu’un dans la rue alors qu’on le connait très bien !! C’est exactement le comportement qu’on a avec la Vérité.
 
L’ignorance est un choix.
Car quand on a la possibilité de savoir, peut-on dire qu’on ne sait pas ? Non ! Si on ne sait pas, c’est qu’on ne veut PAS savoir. C’est fondamentalement différent.
 
Mais une partie de nous sait. Une partie de nous a toujours su et saura toujours la vérité. On peut se mentir, mais on ne peut jamais changer la vérité.
 
Le fait est que nous sommes sous emprise.
Les médias, l’éducation, la société, nous ont appris à croire que c’était une bonne chose de continuer à fonctionner comme nous avons toujours fait.
On nous a fait croire que des choses FONDAMENTALEMENT MAUVAISES étaient en réalité bonnes pour nous. Tu te rend compte le niveau de manipulation ?
Nous sommes sous emprise de notre condition, qui dure depuis des générations et générations. Nous avons peur de l’autorité. Nous nous racontons de belles histoires pour nous faire croire que tout cela est normal et justifié.
Mais si on regarde bien : cela ne l’est pas.
 
Ce n’est pas parce que le jambon est rose et que le rose rappelle la douceur que cela efface le meurtre qui est derrière.
Ce n’est pas parce que des mots grâcieux et élogieux sont écrits sur le paquets que la cruauté disparaît.
L’hypocrisie de la propagande que l’on colle par dessus la vérité ne change rien à l’horreur de ce que l’on fait. Elle la masque.
Et masquer, c’est accepter de perpétuer.
 
Le mal existe, et il domine en partie le monde.
C’est un fait.
 
Qu’on soit bien clair : ces trois types de personnes font partie du problème :
– Ceux qui font le mal.
– Ceux qui ne veulent pas voir.
– Et ceux qui fuient la vérité avec des croyances spirituelles.
 
En réalité, elles partagent toutes le même point commun : l’ignorance. Le choix d’ignorer, de tourner la tête.
 
Et même quand on est “spirituel” et qu’on raconte de belles histoires spirituelles pour couvrir le bordel, on fait partie du problème.
Quand on dit que la Terre est en pleine ascension vers la 5D et que c’est déjà joué, quand on dit que Trump va venir nous sauver, quand on dit que les Extra-Terrestres vont débarquer pour nous sauver, quand on dit que l’énergie libre viendra nous sauver, quand on dit qu’éliminer les satanistes résoudra tout.
BULLSHIT !
Non, on n’ascensionne pas en 5D. Ce n’est pas en participant à un webinaire à 7 euros 95 que tu vas ascensionner et résoudre tous tes problèmes. C’est faux.
 
Bon alors oui… Il y a bel et bien un processus d’ascension en cours. Mais combien de temps durera-t’il, si ce n’est pas une éternité ?
Est-ce une raison pour dire “du coup je peux rester dans mon canap, continuer à faire les mauvais choix par habitude, en attendant que ça se passe” ???
 
Le new-age véhicule tout un tas de connerie qui amènent à ignorer la situation, être docile, être inactif, à ne plus choisir et participer au changement. Ce new-age nous amènent à tout accepter, parce que “tout est juste” et que “tout a une raison d’être”.
Alors si c’est ton délire de te faire violer et de raconter que tout va bien, ok ! Mais est-ce la vérité ?
 
Ce n’est PAS le moment de dire que tout est gagné. Car ce n’est pas vrai. Alors oui, à un certain niveau de non-dualité, tout est parfait et tout est déjà gagné. Tout est juste et infiniment divin.
Mais nous sommes humains, sur Terre, dans l’espace temps, en plein dans la dualité du bien et du mal. Et on doit ouvrir les yeux ! On n’est PAS dans la non-dualité. Et tout reste à faire.
 
Chaque choix est important.
Chaque prise de conscience est importante.
Discerner le bien du mal est important.
Agir est important.
Choisir de voir la vérité est important.
 
Et toi, alors…
Dans quel camp es-tu ?



Tu as aimé cet article ?
Alors participe à l'Eveil de Conscience et partage-le autour de toi, à tes amis, connaissances, et sur les réseaux sociaux.

Partage la Conscience !



Les emails Science du Soi

Eveille ta conscience, épanouis ton potentiel et transforme ta vie. Tu recevras nos vidéos, pratiques, méditations, articles et bien plus.

Les emails sont gratuits, tes informations resteront privées et tu pourras te désinscrire à tout moment.


Science du Soi sur Youtube

Découvre notre contenu vidéo pour t'éveiller à la Science du Soi et transformer ta vie !


Partagez la Conscience !